03 25 72 15 50

SORTIE SCOLAIRE A PARIS POUR LES ÉLÈVES DE L’OPTION DANSE

Les élèves de premières et terminales d’option danse ont profité de leur sortie à Paris ce vendredi 16 mars 2018 pour assister, à la demande des élèves, à une visite guidée au mémorial de la Shoah. Ils ont appris que le mémorial trouve son origine pendant la guerre, avec la création dans la clandestinité d’un fonds d’archives rassemblant les preuves de la persécution des juifs. Dans le sous-sol du bâtiment, ils ont observé le mémorial du martyr juif inconnu. Puis, ils se sont intéressés à la persécution des enfants à travers les portraits photos et ont pu suivre 2 expositions temporaires sur : Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968-1978) et les photographies d’August Sander sur le thème persécutés / persécuteurs des hommes du XXéme siècle.
La soirée s’est prolongée à l’Opéra Bastille, où les élèves ont assisté à 2 spectacles autour du compositeur de musique Maurice Ravel:
Une création du chorégraphe Benjamin MILLEPIED (Chorégraphe français du film Black Swann), Daphnis et Chloé (2014) qui évoque, dans une version de danse néo-classique, le triomphe de l’amour entre deux bergers.
Les élèves ont apprécié la performance du corps de ballet de l’Opéra de Paris, le décor de Daniel Buren, mais surtout l’accompagnement musical « en live » de l’orchestre et des choeurs de l’Opéra de Paris.
Dans Boléro (1961) du chorégraphe français Maurice BEJART. Cette oeuvre magistrale a été immortalisée en 1981 par le réalisateur Claude Lelouch dans le film “Les uns et les autres”.
Les élèves ont été fascinés, d’une part, par l’interprétation du soliste, Mathias Heymann, qui progressivement captive tout son public du haut d’une grande table rouge et, d’autre part, par la précision gestuelle des 40 danseurs qui sont progressivement happés par le rythme communicatif de la danse inspirée du sirtaki (danse grecque).
Cette oeuvre est la seule « réversible » du répertoire de danse car c’est la seule chorégraphie qui peut être interprétée par des hommes et des femmes. Les élèves étaient littéralement époustouflés par la virtuosité des interprètes masculins, par l’orchestration live de la musique de Ravel…
D‘ailleurs, comme le Boléro dure 17 minutes, les élèves étaient déçus que cette chorégraphie soit, selon eux, « trop courte » !
Sabrina MIEUR
Sources : Photographies issues du site de l’Opéra de Paris.